Partagez | .
 

 La vie est un long fleuve tranquille.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 08/11/2012




je cherche pas les noises
MessageSujet: La vie est un long fleuve tranquille.    Mer 5 Juin - 15:54



I am Rodrakaset.


Original par Toi, number 8.

Nom ; Inconnu du public
Prénom ; Communément appellée Rodrakaset
Sexe ; Femelle.
Âge actuel ; 24 ans.
Date de naissance ; 12/06/1989
Date de mort ; 25/01/2006
Groupe ; Anormale — Gouvernement.
Pouvoir ; Télékinésie
Grade/métier ; Informatrice.
Miroir, mon beau miroir...

Elle est grande, cette femelle. Un bon mètre soixante quinze, pour une cinquantaine de kilos. De grands bras, de grandes jambes, mais bon ses jambes ne sont pas les plus fines qui soient. Ses vêtements ne font que l'aggrandir ; ce n'est pas avec des sarouels, des longs pantalons trop grands pour elle, ou encore ses gilets à trop longues manches qui lui feront parraître plus petite. Mais elle s'en fiche, elle aime bien, être grande.

Son visage est fin, petit. Elle a de grands yeux globuleux d'un vert foncé pas vraiment joli. De grosses cernes soulignent son regard souvent vide, sûrement à cause de la fatigue produite par son manque de someil. Toujours dôtée d'un teint blafard, ses cheveux noirs ne font que renforcer la chose. Ils sont d'un noir profond, et malgré leur longueur, jamais coiffés. Digne d'une boule de poil. Non, non, Rodrakaset n'est pas la faucheuse.

Elle porte souvent un casque d'aviateur autour de son cou, ou sur son crâne. Pourquoi ?  « C'est joli. » Elle aime bien ce qui sort un peu de l'ordinaire.
Ses mains sont grandes, mais ses ongles ou sa peau constamment rongés. Elle a toujours faim, toujours, et elle n'a pas toujours quelque chose sous la main. D'ordinaire, elle a toujours une cigarette — pas pour autant allumée, mais le fait d'avoir un truc dans la bouche l'occupe —, une sucette, un gâteau, une boisson. Incapable de vivre sans machouiller quelque chose, ses mains sont souvent la solution.


Dans ma cervelle !

Sa tête, son crâne, sa matière grise.
La connaître est une chose. La connaître vraiment en est une autre. Son fanatisme pour les acteurs de théatre lui ont appris à jouer plusieurs rôles. Pour vous, elle sera peut-être votre meilleur ami, mais dans le fond, l'est-elle réellement ? Un mystère sur patte à plusieurs facettes qu'il est difficile de dechiffrer.
Elle peut être joyeuse, amicale, souriante et attentionnée, comme elle peut devenir froide, distante, voir même parfois agressive. Elle vous montrera simplement la personne que vous aimeriez voir en face de vous.
Enfin bon, elle a tout de même une de ses "personalité" qui reste la plus connue. Calme, posée, qui ne bouge ou parle jamais inutilement. Ou même utilement, parfois. Elle déteste devoir hausser le ton, parce que c'est "trop fatiguant". Flemmarde incontestée, elle fait quand même ce qu'il y a a faire, quand c'est necessaire.
Son passe temps favori ? Probablement d'amasser des infos en tous genres, importantes ou pas. Faîtes attention à vos arrières. Avec elle, le gouvernement sait tout. Même votre marque de PQ.
Mais bon, passons. Elle aime la musique, cette fille. La musique savante, plus communément appellée musique classique. Bach, Mozart, Brahms ... Mais son favori reste Frédéric Chopin, compositeur et pianiste virtuose polonais. Son plaisir n'est pas uniquement d'écouter, mais aussi d'en jouer ; malheureusement pour elle, le sens du rythme, eh bien elle ne l'as jamais eu. Jouer une simple mélodie est faisable, mais sans aucun tempo, c'est à peine reconnaissable.
Qu'est ce qu'elle aime d'autre, voyons voir... Ah, mais bien sûr. Le café. Et les pâtisseries. Complètement accro à la caféine, elle en bois une bonne vingtaine de tasses par jour, ce qui explique qu'elle n'as pas besoin de beaucoup de someil - non pas qu'elle n'aime pas ça -. Et les pâtisseries... Son pêché mignon, peut-être.
Et sa phobie ... Les clowns. Ne lui en parlez pas.
Enfin ... Venez découvrir Rodrakaset par vous même.

Père castor, raconte nous une histoire !


Le début d'une histoire banale .. Qui prendrait le temps de la raconter ? Moi. Je vais même vous la conter dans son entier, cette histoire.
Cette petite fille, elle est née un douze septembre 1989. Oh, oui, c'est loin, maintenant. C'était en suisse, un petit pays situé en europe. Elle était la deuxième de sa famille. Par la suite, elle eût un frère, mais il n'interviendra pas dans cette tragédie.
Elle déménaga directement en france. Elle ne connut pas la suisse. Son père ayant trouvé un travail ailleur, sa femme et ses enfants le suivèrent. Quoi de plus normal ? Ils s'installèrent à Dunkerque, une ville portuaire située au nord du pays. Leur vie se déroulaient normalement, facilement.
Son appréciation pour les livres commença dès ses six ans, son entrée en classe préparatoire. Elle avait tout de même des difficultées à lire. Certains la disaient dyslexique, mais non. Elle avait juste du mal à se concentrer, parce que oui, elle trouvait toujours un détail pour la distraîre ou l'occuper. Ce détail, c'était souvent de la musique. Une mélodie qui passait sur le poste de radio. Elle décrochait des mots et partaient dans ces doux sons qui résonnaient à ses oreilles. Plus elle entendait ces mélodies, plus les partitions devenaient ses cahier. La musique l'attira plus que les mots.
C'est l'année suivante qu'elle fût inscrite dans une école de musique. Malheureusement, c'était encore pire que la lecture. Battre un tempo constant lui était totalement impossible, et elle arrêta l'année suivante. Elle était déçue, oui, déçue. Elle rêvait de jouer du chopin ou du bach. Mais les rêves sont fait pour le pas être réalisés.
Les années suivantes se déroulèrent sans soucis particuliers. Sa lecture s'améliorait peu à peu, avec le temps. Passons donc sous silence ces quelques années, et atterissons à ses quinze ans.
Elle avait trouvé refuge dans les livres et délaissait de plus en plus sa vie sociale. Elle avait quand même des amis, ça, oui. Mais les romans et les pièces de théatre lui bouffaient une majeur partie de son remps libre. Elle se rendait souvent sur paris pour aller voir des tragédies. Parce que oui, elle adorait ça. Elle aimait tellement ces jeux d'acteurs qu'elle se mit au théatre. Ce qui fut un échec moins critique que la musique, au contraire.
Pas au stade de prodige, mais elle avait du talent. Elle était capable de jouer de tous les rôles, enfin presque. Les amoureuses transies, ce n'était pas encore pour elle. Elle commença rapidement à faire des représentations avec son petit club. Mais vite repérée, son champ d'action devint rapidement plus grand.
Et la voilà, à 17 ans, sur scène, au théatre de Paris. L'un de ses plus grand rêves, peut-être. Enfin, un rêve n'est jamais très utopique.
« — Qu'est ce que tu fais ? Viens te préparer, bon sang ! Lâche ce livre !
— Oui, oui. J'arrive. J'ai presque terminé. »

La jeune fille termina sa page, qui conclut l'ouvrage. Elle avait vraiment bien aimé cette trilogie, ça lui faisait un peu penser à une tragédie. « Tout le monde meurt, au final. » Elle déposa le roman sur une table et partit s'habiller.
____________________
« — Soyez donc prudente ! La meilleure sauvegarde, c'est la crainte. La jeunesse trouve la révolte en elle-même, quand elle ne la trouve pas près d'elle ! »
La pièce, Hamlet, se déroulait parfaitement. Elle se sentait bien, parfaitement bien. Dans sa peau, dans son élément. Shakespear était l'un de ses dramaturge favori. Et tout allait bien. Parfaitement bien.
Mais un rêve n'est pas fait pour être réalisé.
Un spot d'éclairage mal accroché, c'est une bourde vite arrivée. Sa tirade terminée, elle soupira de soulagement, en ne l'ayant pas ratée. Mais son soulagement fût sans suite quand le choc se produisit.
Traumatisme craninen, mort rapide, sans le temps sans douleur.
Je vous l'avais dit. Les rêves ne sont pas fait pour être réalisés.
Son réveil dans cette petite pièce a été des plus simples. Pensant rêver, elle se dirigea vers la borne, et posa son doigt sur les anormaux. La chute ne la suprit pas tant que ça. Mais quelle désagréable sensation ...
Son réveil fût délicat. Dos contre terre, elle ne bougea pas pendant un long moment. Elle était bien, comme ça. Elle pensait, elle réfléchissait à ce qui venait de se dérouler. Anadran. Plus qu'une histoire ...
Au bout d'un moment, elle se leva et chercha l'escalier, pour voir si ceci n'était pas simplement qu'un cauchemars. Elle le trouva. Non, ce n'est plus un simple jeu. Elle le descendit. Atteignit la ville. Et vit une femme. Contrairement à ce que disait le livre, la ville n'était pas bien remplie. Enfin, il y avait quand même du monde. Mais sans plus, pas une grosse population pour le vaste terrain de disponible.
Elle regarda dans la poche de son pantalon. Un papier, un mot, un attribut. Té-lé-ki-né-sie. Elle rangea le papier dans sa poche, et tout commença.
Elle rencontra des gens qui lui apprirent à contrôler son don. Oh, ce qu'elle avait eu de la chance, avoir celui-là. Souvent envié par les autres ... Mais obtenir le contrôle de ce dernier ne fut pas une histoire simple. Ce n'est qu'au bout de quelques années qu'elle parvint à le maîtriser correctement. Mais une fois ça fait, c'était ... Jouissif !
Enfin, parlons également un peu de son évolution dans cet univers. Dès ses débuts, elle s'auto-offrit un pseudonyme. Pourquoi ? Elle voulait jouer un rôle. Être quelqu'un d'autre. Rodrakaset. Pourquoi celui-là ? « Parce que ça sonne bien », vous répondra-t-elle. Enfin bon. Outre son pseudonyme, elle se forgea assez rapidement une réputation. Pourquoi, comment ? Au début, elle se retrouvait souvent par pur hasard dans des histoires compliquées, secrètes ou même confidentielles. Les informations, elles venaient à elle de leur propre chef. Mais plus le temps passait, plus elle aimait ça, d'être au courant de tout. Plus le temps passait, plus c'était elle qui allait chercher ces infos.
Par la suite, durant sa deuxième année dans Anadran, le gouvernement la contacta, lui proposant un poste qui lui allait comme un gant. Informatrice, oui, ça lui allait parfaitement.
Le temps passa. Plus il passait, plus son influence devait grande, plus son pouvoir devenait contrôlable. À présent connue de presque tous dans ce monde, elle est là. Elle sait tout.

Je suis comme ça ; a prendre ou à laisser.

L'apprivoisement de son don fut difficile et douloureux. Mais à présent, elle est capable d'en exploiter une majeure partie de ses ressources.
La télékinésie est une force attractive, permettant de contrôler des objets sans aucun contact physique. Oui, elle pourra faire voler un vase uniquement par la force du regard. Voir même quelqu'un. Mais faire voler un être vivant est une autre histoire que de faire voler une éponge.
Plus la masse est lourde, plus l'effort de la demoiselle doit être intense. Vous pensez bien que soulever une cafetière n'est pas bien éprouvant. Mais soulever une voiture, un immeuble ? Faire ce genre d'action la plongerai probablement dans une fatigue profonde. Oui, elle pourrait rester dans les vappes pendant un bon moment, même si elle vous, ou se faisait voler.
Mais la masse n'est pas le seul facteur. La peur et la colère en sont deux autres bien importants. Si notre Rodrakaset est en état de choc, qu'elle est paralysée par la peur, ou qu'elle est en rage il y aura deux situations possibles : la première est bien simple. Pas assez concentrée, elle se retrouve incapable d'utiliser ne serait-ce qu'un iota de sa capacité. Autant vous dire qu'elle est aussi normale et inoffensive qu'une native. La seconde options est en revanche un poil plus dangereuse : elle ne se contrôle plus. Envie d'envoyer vers le haut un morceau de craie ? Très bien, ce dernier sera littéralement broyé par le plafond. Et la chaise sur la quelle vous êtes installé risque également de bouger et de s'envoler. Parce que oui, dans des états anormaux, sa concentration et sa précision sont moindres. Tel est le prix à payer.

Et derrière l'écran ;

Prénom/pseudo ; Rodrakaset, Nitro. (ni moins, loul)
Âge ; 92.
T'aimes les patates ? EVIDEMMENT.
Tu préfère le vert ou le bleu ? Arg. Vert.
Le code trop méga secret ; Je les manges ces girafes.
Champ autre qui sert pas à grand chose ô/ ;  BLBLBL.
C'est votre dernier mot ? Non Jean-Pierre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar





MessageSujet: Re: La vie est un long fleuve tranquille.    Mer 5 Juin - 16:38

ENFIN. Je n'attendais que ça. ♥
EH EH EH T'AS FAUX À TON PROPRE CODE HE HE HE. *se pend*
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 23/04/2013
Age : 23
Localisation : France




moi j'suis un rebelle m'dame !
MessageSujet: Re: La vie est un long fleuve tranquille.    Mer 5 Juin - 18:43

AH. ENFIN. Du coup j'ai lu ta fiche et j'aime bien ton histoire (même si maintenant je vais flipper de faire du théâtre, merci).


» J'écris en #336699.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://k-hitman-reborn.forumactif.com

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 08/11/2012




je cherche pas les noises
MessageSujet: Re: La vie est un long fleuve tranquille.    Mer 5 Juin - 19:01

Zora - KEKEKE.
Mischief - OUI, ENFIN. Au début je pensais pas du tout la faire comme ça, mais j'ai fait au feeling, et puis ça change de d'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: La vie est un long fleuve tranquille.    

Revenir en haut Aller en bas
 

La vie est un long fleuve tranquille.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La vie n'est qu'un long fleuve tranquille (ou pas)
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)
» La vie, un long fleuve tranquille ?
» Louise - "La vie n'est pas un long fleuve tranquille…"
» Abyss S. WILSON ❝La vie n'est pas un long fleuve tranquille [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANADRAN :: 
Gestion des personnages
 :: Identification :: Fiches validées
-



les autres partenaires