Partagez | .
 

 [Terminée] If i had a heart || Angelica

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar





MessageSujet: [Terminée] If i had a heart || Angelica   Lun 8 Juil - 22:02



I am Angelica


Himawari by Yuu

I want more
Nom ; Aucun. J'ai du en avoir un, mais je ne m'en souviens pas.
Prénom ; Angelica, on m'a nommé Angelica.
Sexe ; Femme.
Âge actuel ; La trentaine, il me semble.
Date de naissance ; Unknown.
Date de mort ; Unknown.
Groupe ; Je suis neutre de nature, bien que j'appartienne au gouvernement.
Croisement ; Faucon Gerfaut.
Grade/métier ; Chef de la S2.



Un jour, j’ai vu passer un ange. Un semblant de blanc. Un inutile chuchotement. L’ange n’avait pas d’auréole, l’ange n’était pas angélique. L’ange n’était ni beau ni laid. L’ange était fragile. Il ne s’agissait pas d’un ange, en réalité, mais d’un oiseau, un simple oiseau passant dans la cour pavée. Un simple oiseau qui ne m’a pas même regardé. Mais je l’ai vu, ce rapace immense, je l’ai vu rapidement traversé le lieu. Je m’occupais d‘un cheval, l’ange allait le monter, il fallait donc le seller. Pourquoi cet oiseau devait chevaucher un tel équidé ? Il était déjà bien grand cet ange, alors, pourquoi ? Se sentant observer, l’oiseau a vivement tourné sa tête vers moi, comme en alerte, un rapace au visage impassible et inflexible. Froides étaient ses iris, mais jamais de glace était son visage. J’ai détourné le regard, sentant son attention pesante sur mes épaules. Quelques minutes passèrent, je le sentais toujours, mais en vérifiant si l’ange était toujours là…Il avait disparu. En fait, il n’était pas un ange, pas un oiseau, mais un fantôme royal. J’ai dégluti, ne remarquant plus cette individu, et je me suis tourné vers mon comparse, s’occupant à ramasser le fumier.

« Dis-moi, quel est cet oiseau ? »
« La princesse aux serres. »
« La quoi ? »
« La princesse aux serres ! A ce qu’il paraît, elle vient de la grande royauté, et ses pieds sont des serres acérées. C’est pour ça qu’elle ne marche pas beaucoup, et qu’elle reste toujours à l’intérieur, car ses serres ne sont pas faites pour courir. »
« Comment ça ? »
« Elles sont faites pour éventrer. C’est la princesse aux serres, qui vole et attrape pour mieux déchirer la chair. Mais ce ne sont que des rumeurs. »
« Elle est mignonne. »
« Tu trouves ? Tu as de drôle de goûts…Elle est trop maigre et trop grande je trouve. »
« Oui, on croirait la casser d’une simple bousculade. »
« Crois-moi qu’elle ne se brise pas facilement. Ou en tout cas, elle ne le montre pas. »
« Est-elle de glace ? »
« Non, la princesse aux serres est juste royale, mais elle ne montre pas ce qu’elle ressent. Je la trouve méprisante et hautaine avec ses airs supérieurs… Tu ne devrais pas trop parler d’elle tu sais, tu pourrais t’attirer des ennuis. »
« Comment ça ? »
« Qui vivra, verra. »

Mes yeux se posèrent sur l’une des grandes baies vitrées parcourant le quatrième étage. J’y voyais une ombre frêle mais gigantesque. La princesse aux serres se tenait là, et j’étais presque sûr qu’elle me fixait de ses iris flamboyantes et glacées à la fois, des yeux marrons aux nuances dorées sous le soleil, bien ordinaires, mais animés d’une force inconnue, et d’un soupçon de mélancolie. On aurait dit une statue, oui, l’ange semblait immobile, à peine vivant. Un oiseau au visage fin, au nez aquilin, aux pommettes quelque peu saillantes et à la volonté impartiale. Le rapace croisait ses mains derrière son dos, un dos cambré, parcouru de deux immenses ailes immaculées…Non, si on regardait mieux il y avait des tâches noires sur ces plumes. Des petites tâches qui faussaient tout. Ce n’était pas un ange, mais bel et bien un oiseau. Un oiseau de proie qui me fixait comme si elle allait se jeter sur moi pour me crever les yeux. J’ai de nouveau baissé le regard, déglutissant.

« Arrête de la regarder, et fais ton travail je te dis ! »
« Mais elle me fixe. »
« Elle fixe tout le monde, laisse tomber ! »

Je me rappelais ses cheveux quelque peu en bataille, des cheveux d’un blond grisé, brillant au soleil, mais des cheveux peu féminins, arrivant à la nuque, abîmés et pourtant charmants. Ils caressaient ses yeux en amandes, aux pupilles rétractés et vivaces. Ses lèvres fines n’avaient pas l’air de beaucoup s’étirer, comme si elle ne souriait jamais. Sa poitrine ne semblait pas très marquée, ses épaules étaient plus frêles encore que ses bras. Mais ses jambes, ses longues jambes se terminaient en écailles, en serres aux griffes brillantes et puissantes…Elles semblaient à même de lacérer le métal. La princesse aux serres était un oiseau royal, n’est-ce pas ? Un rapace à l’affut, au regard foudroyant, au visage dur et au charisme effrayant. Elle soulevait l’effroi et la fascination, la princesse aux serres. Pourtant, elle n’avait rien de beau à offrir. Elle n’était pas de glace, plutôt une flamme immuable. Ses vêtements se paraient d’or et d’argent, comme si elle descendait d’un autre siècle. Des robes et chemises toujours taillées pour ses ailes, quelques plumes de ces dernières tombant sur le tissu et sur le parquet environnant. On pouvait la suivre à la trace, tel un jeu. Mais il ne faut pas jouer avec ce rapace là, ou bien on finirait aveugle. Je vis alors la vitre s’ouvrir, l’oiseau poser ses puissantes serres sur le rebord de la fenêtre pour mieux s’envoler dans un puissant bond. Je plaignais celui qui devrait se prendre ses serres dans la chair…

« La princesse aux serres… »
« T‘es encore là-dessus ?! Fais gaffe, c‘est ton chef je te signale ! »
« Non, rien. Comment s’appelle-t-elle ? »
« Angelica. »




« Princesse, qu’êtes-vous ? Que pensez-vous ? »

Ma mentalité n’est pas des plus atypiques, je ne pense pas être unique, et même si c’était le cas je n’en saurais que faire. Je ne suis ni joviale ni triste, ni colérique ni calme, je suis juste un amas de choses et d’autres, assemblées ensembles à la va vite et suivant le même ordre : ne sois pas inutile. En attendant, je souhaiterai que vous stoppiez de m’appeler Princesse.

« Ne l’êtes-vous pas ? »

Je l’ai été, je suppose. Mais dans ce monde, et même dans l’autre, être de sang royal importe peu. Je me comporte de la façon la plus exemplaire qui soit simplement pour répondre aux envies d’un souvenir. Je suis une princesse, je dois donc me montrer dans les meilleurs apparats et prouver mon titre. Mais on se fout bien de mon rang, c’est mon travail qui m’offre une renommée.

« D’ailleurs, pourquoi vous allier au gouvernement ? Ce job vous sied-t-il ? »

On m’a confié un poste, c’est que j’en suis à la hauteur non ? Oseriez-vous penser que je ne suis pas faite pour ?

« Je n’ai pas insinué cela… »

Vos questions sont agaçantes. Vous, et les autres. C’est toujours la même chose. Toujours. Le gouvernement ou les rebelles ? Je me fous bien des convictions des gens, je réponds au boulot qu’on me donne. Si on me confie d’attraper et de massacrer M ou bien le chef du gouvernement, je le ferais, car c’est mon travail.

« Vous fonctionnez comme une machine. »

Parce que je ne juge pas vous supposez que je n’ai pas de cœur ou de cerveau ? Sortez d’ici avant que je ne vous enferme.

« Vous perdez votre sang-froid. »

Non. Je fais preuve d’autorité, maintenant sortez.

« Très bien, Princesse. »

Mon nom est Angelica.

« Votre prénom. »

La porte se ferme. Je reste seule, dans le silence, couvrant mes lèvres de ma paume, le regard ailleurs. Je suis agacée, mais j’ai l’habitude de ne pas le montrer, histoire de ne pas donner d’informations à de potentiels ennemis, et j’en ai. Un sourire lugubre étira ma bouche, et mes jambes se croisèrent. Je pensais à la meilleure manière de faire taire cet homme se croyant capable de me juger, évidemment il ne s’agissait que de mon imagination, je n’avais pas le droit de poser ne serait-ce qu’un doigt sur lui. Il avait éveillé cet étrange sentiment, en notifiant mon absence de nom. Il alimentait mes questions existentielles, mes hypothèses et mon léger mordillement de lèvre. Qui étais-je ? Longtemps, j’ai cherché à me connaître, sans grand succès, tout simplement parce que j’en suis incapable. Certains appellent cette maladie la maladie d’Alzheimer. Ils ne devraient pas me mettre au casse-pipe tout de suite. J’ai juste une amnésie passagère et fréquente, une amnésie qui me ronge. J’oublie oui, j’oublie des moments aléatoires de ma vie, parfois longs et parfois courts. Je ne sais pas comment je suis morte, je ne connais que peu de choses sur ma vie à Anadran, jusqu’à ce qu’on me trouve, dans cette cage dorée. Il s’agit d’une autre histoire, je ne vis plus dans le passé, et j’ai bien compris que m’attacher aux gens était inutile.

Chef de la S2, ce que ça m'apporte ? Je devrais être fière de mon poste, mais je ressens surtout une constante angoisse : suis-je à la hauteur ? Chacun de mes actes agit sur le système que j'influence. J'ai en charge un nombre d'hommes qui peuvent risquer leurs vies. Je n'ai pas le droit à l'erreur, le gouvernement observe, et parfois j'ai même l'impression qu'il attend que je trébuche pour mieux me pousser dans le précipice...Mais ce job m'est important, il me fascine par sa complexité et sa difficulté. Il faut être au courant de tout, être à chaque endroit à la fois, ne pas paniquer et toujours avoir un coup d'avance sur les évènements à venir. C'est un jeu, et même si je ne peux cligner des paupières, j'aime l'idée de perdre mes yeux pour ne pas perdre. Je suis stratège dans l'âme, et j'ai fait mes preuves en tant que membre de la S2, du moins je le suppose. Je sais me battre physiquement, je fais toujours mon travail et jamais de coups fourrés...Tout du moins on ne les a jamais remarqué. Le gouvernement m'a élu, grâce à la lettre de recommandation de l'ancien chef de S2 je suppose, mais aussi pour ma fiabilité. Je reçois un ordre d'en haut ; je l'exécute. Mais je sais aussi prendre des initiatives sur le moment ; si un criminel s'enfuit, je ne vais pas attendre l'accord du gouvernement pour le poursuivre, ça va de soi...De même pour les évènements, lorsque quelque chose ne se passe pas comme prévu. Chef de la S2 est un poste influent, avec des responsabilités, et je ferais en sorte de ne jamais être en compétition avec de potentiels meilleurs patrons de cette section...Mon objectif est de toujours réussir ce que j'entreprends et de me consacrer entièrement à ce travail. Pro-gouvernement ? Je l'ai dit, et je le redis ; je n'ai pas d'opinion politique, je n'en veux pas. Je vis ma vie, c'est déjà amplement difficile à faire. Rebelle ou gouverneur...Si l'ordre est d'attraper l'un ou l'autre je me poserai peut-être des questions mais je pointerai toujours mon arme sur sa tempe et je n'hésiterais pas à tirer. Fiabilité. Certitude. Stratégie. Respect. Entente.

Suis-je faible ? Je me sens faible, et malgré tout je parais forte. Je sais, j’ai appris, je ne sais comment, mais je connais les règles majeures qui composent mon existence. Rester droite, ne pas montrer de sympathie ou de mépris, être respectueuse de ses supérieurs, ne pas baisser les yeux, etc…J’ai été une princesse, je faisais partie d’une famille royale, il ne me reste aucun royaume, aucun sujet, je n’ai rien exceptée mon éducation froide et orgueilleuse. C’est un jeu du paraître, pour ne pas se faire dévorer par les charognards. Je dois rester ferme, montrer l’exemple et ne commettre aucune erreur. Je suis sévère envers moi-même oui, car j’ai été élevée ainsi, je le sais, je le sens. Si je n’ai pas de passé, je peux construire un futur brillant dans lequel personne ne pourra m’atteindre. Ne surtout pas montrer sa surprise, sa rancœur, ne surtout pas suivre ses émotions. Il faut répondre aux attentes, au travail. Pourtant…

Mon regard parcourt la pièce ; il n’y a personne. Je prend entre quelques livres parlant de politique un ouvrage poussiéreux et vieilli par le monde : un livre de contes. Mes doigts effleurent la couverture, mes iris scintillent et j’ouvre enfin mon trésor. Ce n’est qu’un bouquin pour certains, mais il m’a accompagné tout au long de mes aventures, il a façonné une autre partie de moi-même. Je suis humaine, vous savez, je ne suis pas un rapace sanguinaire suivant les ordres du gouvernement à la lettre. J’ai aussi des envies et des rêves. Mon désir serait de voyager plus encore, d’être libre. Chaque mot de l’ouvrage embrasse mon esprit, un léger sourire enfantin étire mes lèvres. Je me mets en chien de fusil, mes serres trouant sans nul doute le fauteuil victorien. J’aime lire, et surtout à voix haute. Ca me rappelle avant. Je sais que je lui lisais tout le temps des histoires, car il aimait m’entendre raconter. Je me rends parfois dans un orphelinat, et je lis à voix haute, pour ces enfants tout aussi perdus que moi, dans l’espoir de me rappeler sa présence. Imaginer, j’aime créer des histoires, j’aime les vivre et les façonner. Imaginer, un rêve éveillé. Je ferme parfois les yeux, on croit que je médite, mais je songe, oui, je songe à la liberté. Je ne suis pas libre, je suis enchaînée…Je me rends compte que dans cette cage dorée, j’avais touché du doigt la vraie liberté.

Je ne suis plus une enfant, n’est-ce pas ? Et je me prends à rêver comme si j’avais cinq ans. J’aimerai ne plus être dure et sévère, j’aimerai pouvoir sourire comme ces autres jeunes femmes. Pourquoi est-ce que je n’y arrive pas ? Ce n’est plus une question de pouvoir, sinon je me voilerai la face comme tous ces idiots. Je suis intelligente, plus que la moyenne sinon on ne m’aurait pas confié ce poste, n’est-ce pas ? Je suis une stratège, mais je ne sais pas organiser mon esprit. Ça m’horripile. Je voudrais pouvoir soulever ce bureau, éclater cette pièce en milles morceaux lorsque la fureur me prends, mais je n’ai pas le droit de perdre mon éternel sang-froid, ni même de montrer ma fragilité. Osez rire, et je vous coupe la langue. Oui, je suis fragile, je suis sensible, je l’admets, ça me consume. Je hais cette image du petit oiseau frêle et blessé qui germe dans ma tête. Je ne suis pas dénuée de gentillesse, je ne suis pas faible, je ne suis pas sans cœur, je ne déborde pas d’émotions…Est-ce que je suis folle ? Je ne veux pas être faible, je ne veux pas m’avouer vaincu, je ne veux pas me noyer, je ne veux rien du tout…Je ne sais plus, et ça me ronge. Personne ne doit découvrir cet aspect de ma personnalité, personne ne doit me voir affaiblie. Cachons les blessures, et laissons place à l’impassibilité…Sans oublier de rêver.

La glace me reflète, je me dégoûte. Mes jambes me débectent. Comme en réponse à ce sentiment, mes serres déchirent le fauteuil, et je serre les mâchoires. Si je pouvais avoir de vraies pieds, des petits pieds de Cendrillon plongeant dans du verre…Si je pouvais m’écorcher les ailes pour obtenir la silhouette d’une Belle dansant dans les bras d’un prince. Mais les si n’existent pas sur Anadran. Je suis la princesse aux serres, et je ne veux pas ressembler aux héroïnes de contes de fées.

« Mademoiselle Angelica, un travail pour vous. Un rebelle. »

Apportez-moi le dossier, immédiatement.




10 ans.

-Cours ! Ne t’arrête pas, cours !

Tels ont été ses derniers mots. Telle a été la seule et dernière image de cette femme aux cheveux roux, de cette mère éteinte. La vue d’une plaine neigeuse, son corps amaigri allongé dans la blancheur du paysage, ses cheveux semblant la seule tâche de vie dans cet univers silencieux. La neige tombe. La neige tourne. Inlassablement, sur mon visage éploré. Une gosse. Une petite gringalette amaigrie par la famine, regardant sa mère sans défense de ses yeux apeurés.

-Va-t’en ! Je t’ai dis de courir ! Par pitié, cours petite princesse ! Sauve notre lignée, tu ne dois pas être souillée, sauve-toi !

Pourquoi ne prononces-tu pas mon nom, dans ce souvenir effacé et usé ? Pourquoi ne m’appelles-tu pas par ce que j’ai toujours souhaité ? Mes larmes brouillent ma vue, mais je perçois malgré tout les quelques ombres informes au loin, leur noirceur menaçante agrippant mon cœur, tout comme la froideur de cet hiver glacé. Mon hiver. J’entendis ses sanglots, dans ma tête, dans mon âme, mes yeux dorés plantés dans les siens brûlants et rougis. Elle supplique, la beauté voyageuse, ne pouvant plus se relever, ne pouvant plus espérer. Et pourtant, bien que son destin soit condamné, elle veut que je survive. Est-ce une mère, ou bien une de ces putains de l’auberge russe non loin d’ici ? Je ne me souviens pas, mais elle m’aime. Sinon, pourquoi m’ordonner de partir tandis qu’elle va pour mourir ? C’était une reine, je le sais, c’était une reine déchue, autant que notre famille.

-Je te promets de te suivre, je te jure de te retrouver, alors, cours, cours ! Ne t’arrête surtout pas ! Ne te retourne pas ! Angie, par pitié, sauve-toi !

Les silhouettes s’approchent de plus en plus, je peux voir les couteaux et les autres haches entre leurs mains, leurs yeux emplis d’une fureur intense. Pourquoi nous veulent-ils du mal ? Cela n’a plus d’importance, pour une enfant, plus aucune. Tout ce qui compte, c’est d’obéir à son Dieu, à sa Déesse lui ayant donné la vie, cet être parfait pour ses yeux candides. Alors, je me retourne, et je cours, sans plus tarder, sanglotant, gémissant, essouffler par la neige, par la brume, par la nuit glaciale, toujours et encore glaciale…

Dans la Russie profonde, une femme aux cheveux rouges venait de mourir. Ta mère voulait s'enfuir depuis le début, de ce petit village russe. Elle était pauvre, au bord de la famine, avec toi sur les bras...Mais son âme restait toujours focalisée sur la vérité que lui avait susurré son père ; vous descendiez de la lointaine famille des tsars. Elle ne pouvait pas mourir, tu ne pouvais pas mourir, alors elle espérait. Ta génitrice gagnait un peu d'argent en aidant des personnes peu recommandées. Elle croyait jouer sa meilleure carte, elle pensait les manipuler. Bien mal lui en prit, car lorsqu'elle souhaita sortir de cette boue puante, ils voulurent la faire taire. Cours maintenant, Angelica, cours vers le prochain village et raconte à ta grand-mère l'histoire. Prends-toi une gifle, et la vérité qui ne semblait que mensonge ; ta mère t'avait abandonné, car ce n'était qu'une putain. Crois cette vieille dame, petite princesse, et aide-la à vivre de pêche et de marchandises. Il vaut mieux oublier cet instant de ta vie, la mort d'une mère et le miracle de t'avoir laissé en vie. Bientôt, tu iras à Moscou, bientôt, tu iras en Amérique pour vivre de tes écris. Bientôt...

25 ans.


Un blanc. Des années plus tard, je me reconnais, assise sur ce canapé noir, dans un salon garni d'objets rares. J'ai une bague au doigt, les jambes croisées, la stature impériale. Un livre dans les mains, je semble captivée par son contenu ; Anadran. Je lisais les tomes d'Anadran, je les gobais. 2007, il me semble que je les ai lu cette année là, il faisait chaud et j'attendais, oui, comme toujours j'attendais. Je suis morte dans cette pièce. Une dernière image ; une ombre avec une arme luisante dans la main, brandissant cette dernière derrière moi. Je suis morte poignardée.

Tu l'avais épousé en arrivant à New York, il y a cinq ans de cela. Il t'avait trahi. L’Amérique te tendait les bras, petite écrivaine connue pour ton imagination grandiose. Dommage que tu aies voulu tout lui enlever. Dommage que tu aies souhaité le quitter pour celui que tu as tant aimé. Il l'avait tué, avant de te poignarder. Il attendait le moment propice, et tu étais à sa merci. Le couteau a transpercé ta poitrine. Il était fou de jalousie, et il t'a massacré. Désormais, tu ne seras à plus personne, tu es morte Angelica, car tu as voulu la liberté. Tu es morte, juste pour ça.

Le noir.

__________________

Tu ne te rappelles pas de cet instant, Angelica, n'est-ce pas ? Mais moi, je me souviens. Je me souviens de cette petite pièce lumineuse et de cette borne électronique. Je me souviens de tes longues jambes effleurant le sol pour mieux s'approcher de l'appareil. Il y a deux choix, et tu te sentais si anormale dans l'ancien monde, petite princesse...Et était-ce un rêve ? Allais-tu allée dans Anadran, comme Alizée ? Ton doigt effleura l'écran, un doigt trop glissant ; tu cliquas sur Hybride. Tu es tombée. Encore l'obscurité. Mais je ne peux plus te raconter, pas même ta rencontre avec cet homme, ton bourreau et ton sauveur. Un indice ? Ses cheveux étaient plus brillants que le soleil.

__________________

26 ans.

Ma mère semblait fascinée à l’idée de garder notre lignée saine. C’est le seul souvenir qu’il me reste d’elle ; une couleur. Le rouge. Le blanc. Un mélange fascinant à mes yeux. Hypnotisant. J’aimais aussi le doré de ma cage. Second souvenir qu’il me reste, quelque peu effacé, parfois répété en mon âme. Je suis dans une cage, à Anadran. Une cage dorée, avec un balancier. Une cage à oiseau dans laquelle je suis emprisonnée depuis quelques temps déjà. Je dois avoir la vingtaine, à tout casser. Je fixais la fenêtre et la ville se dessinant dans la nuit, j’attendais quelqu’un. Je l’attendais. Lui. Est-il mon bourreau ou mon sauveur ? Je souffrais, je voulais m’envoler, fuir, oui, partir à tir d’ailes…Il est là, je ne reconnais pas son visage, mais cette conversation résonne dans ma tête au point de me faire mal, chaque nuit.

« Mon petit ange, à quoi tu penses ? »
« A rien, Sir. »
« Menteuse. Tu veux partir, tu veux m’abandonner. »
« Non, Sir, je veux juste vivre, je ne me sens pas bien ici, je veux sortir. »
« Mais cette cage est là pour te protéger. »
« Rendez-moi ma liberté. »
« Mon petit ange…Il n’y a rien qui t’attend en ce monde, je t’ai trouvé, je t’ai gardé. Si tu pars, tu vas mourir, tu vas te briser, car il n’y a que noirceur ici bas. Tu dois rester avec moi. »
« Sir… »
« Il suffit ! Tu es un vilain oiseau, vilaine ! Raconte-moi plutôt une contine. »
« Je ne veux pas. »
« Menteuse. Tu aimes me raconter des histoires. Raconte, avant que tu n‘oublies. »

J’avais peur, et en même temps je courbais l’échine. Je ne voulais pas partir, et je ne voulais pas rester. J'étais perdue, abandonnée, et je ne savais pas quoi faire. Depuis quand étais-je en captivité ? Qui était cet homme ? Il ne m’avait jamais fait de mal, il posait toujours sa tête sur mes genoux et il m’écoutait raconter un conte. A la fin, il embrassait mon front et me murmurait : Bonne nuit, mon petit ange. Ce surnom, il m’offre des frissons. Il disparait dans l’obscurité de mon esprit. Et moi ? Je grattais un coin de la cage de mes serres, espérant peut-être y créer une échappatoire. Le noir. Encor et toujours.

Le sang.


__________________

27 ans.

Il était allongé là. Sans nul doute au bord de la mort. Pourquoi étais-je en train de pleurer ? Aimais-je mon ravisseur ? Pourquoi mes larmes coulaient sur son visage effacé ? Je me hais pour avoir oublier, effacer ces images qui m’ont façonné. Il serrait fort ma main, la porte de ma cage était grande ouverte. Je n’en avais rien à faire, j’étais focalisée sur lui, sur le peu de présence qui lui restait. Je sanglotais, je murmurais des mots doux. Je crois que je l’aimais, plus qu’il ne l’aurait fallu…Il y a des bruits à la porte, c’était des membres du gouvernement, je m’en souviens à présent. Et lui ? Qui était-il ? Dis-moi ton nom…Dis-moi mon nom !

« Désolé, je n’ai pas pu te protéger. »

Ça me ronge. Ça m’envenime. Ça me lacère.

« Par pitié, ne m’oublie pas…Je t’en supplie, ne m’efface pas de ta mémoire. Souviens-toi de moi, souviens-toi, princesse Angelica ! »

A cet instant, j’ai mal, plus que d’habitude. Je l’ai oublié, j’ai réfuté ma promesse. Chose que je ne fais jamais depuis lors. Toujours tenir ses promesses, et lui ? Je l’avais trahi. Je n’arrive plus à respirer en me souvenant de cette scène, et surtout de ses derniers mots, de ce surnom caché…

« Bonne nuit, mon petit ange. »

Tu ne te souviens pas, n'est-ce pas ? Lui, il était contre le gouvernement d'Anadran, mais surtout, il ressemblait étrangement à ton véritable amant. Celui pour qui tu étais morte. Tu ne sais plus son nom n'est-ce pas ? Il avait perdu la tête, il avait peur de te perdre de nouveau, alors, il t'a enfermé, il ne voulait pas qu'Anadran te dévore. Pauvre Angelica, tu subis bien trop à mon goût.

Un hurlement, mon hurlement.


__________________

D’autres souvenirs épars. Je suis face à un policier, il me demande mon identité.

« Votre nom ? »
« Angelica. »
« Angelica comment ? »
« Angelica Angelica. »

J’ai su pour mes pertes de mémoire fréquentes à cet instant. On me fit passer des tests. Je semblais malade, je semblais vouloir oublier, pour m’auto-protéger. Je me souviens de ces moments où je pleurais sans cesse dans cette chambre de foyer d'accueil. Je pleurais car j’oubliais, et je ne voulais pas oublier. Le voulais-je ? Où était-je ? Qui étais-je ? Qui étais-tu ? Quel était ton nom ? Je ne veux pas t’effacer, reviens, reviens…Mais rien à faire, j’oubliais encore et encore.

Il me vient un autre souvenir. Je suis dans une école, j’apprends à contrôler mon hybridité, mais je savais déjà la manier, il me l’avait appris. Je pouvais voler, je n’étais plus dans une cage, mais je n’en ressentais pas le désir…J’apprenais à faire avec mes pertes de mémoire. Je ne me rappelais pas le moment où j’avais lu un livre, mais j’en connaissais l’histoire, mon apprentissage n’en a donc que peu souffert. Un psychiatre me prescrit des médicaments pour réduire cette malade psychologique, je les prends toujours. Je suis devenue chef de la S2 en montant les échelons, en me faisant une renommée, en héritant du surnom "la princesse aux serres". Du moins, je crois…La décision du gouvernement fût difficile, vu mon handicap, mais j’étais docile, excellente et fiable. Un rapace avec un collier. Ai-je réellement monté les échelons ? On me l’a raconté ainsi. Mais peut-être ai-je été pisté ? Et les trois livres ? Je les ai lu, mais quand ? Où ? Comment ? Qu’ai-je ressenti ? J’en ai assez d’oublier, j’en ai assez. Je chéris plus que tout mes souvenirs, de peur de les perdre. Alors, je les note, je note tout, dans mon petit carnet, mais certaines informations partent aux oubliettes, dans l’abysse de mon inconscient.

C'était psychologique. Tu ne pouvais pas devenir humaine, car tu ne le souhaitais pas. Au plus profond de ton être, ton apparence te rapprochait de tes souvenirs disparus et de ta souffrance. Il fallait te rappeler pour être Cendrillon et Belle à la fois...Tu avais 29 ans, lorsque tu es entrée dans la section 2. Tu n'as pas commencé au plus bas de l'échelle, et tu as bien vite monté en rang et en renommée. Tu travaillais dur, le sais-tu ? Un peu comme un animal domestique que l'on récompensait avec des futilités...Tu finis par devenir la sous-chef de l'ex patron de la S2. Il était ton mentor, il avait ta confiance, chose si rare de nos jours. Tu te voulais parfaite à ses yeux, tu ne voulais pas être en compétition avec d'autres possibles concurrents au poste. Il t'a recommandé toi. Mais sais-tu pourquoi ? Chut, c'est un secret. Un secret bien gardé.

Voilà, c’est ma vie. Rien d’exceptionnel. Rien à raconter. Je fais mon boulot, je mange, je dors, je pense. Je suis humaine. J’excelle dans mon travail, tout du moins j’essaie. Je fais de mon mieux pour répondre aux attentes de mes supérieurs, aux attentes de chacun. Pourtant…

Je désire seulement me laisser couler.


Je suis comme ça ; a prendre ou à laisser.  

Je suis un faucon gerfaut, un oiseau de proie. Je ne peux cependant pas prendre la forme d'un faucon gerfaut en tant qu'animal. Cela ne semble pas dans mes attributs. J'ai pourtant essayé, et j'essaie encore, mais c'est comme si mon corps refusait la transformation. De même, je ne peux pas modifier mes attributs, mes jambes resteront des serres et mes ailes ne disparaîtront pas.

Je peux voler, mais certainement pas sur de longues distances et infiniment. Je ne peux pas soulever une personne plus d'une minute, et c'est au prix de maints efforts et d'os cassés. Mon ossature est plus fine, et presque aussi creuse que celle d'un oiseau, c'est pour me rendre plus légère et capable de piqués. En effet, je suis plus utile dans les airs qu'au sol, car je peux repérer ma cible, mon regard semblant plus précis et affamé. De là, je commence un piqué jusqu'à cette dernière pour mieux l'écraser au sol de mes serres ou bien l'attraper et la jeter de toutes mes forces contre un obstacle. Mes serres sont puissantes, car je suis un rapace, et je me protège et attaque essentiellement avec. En effet, si mes serres sont mes atouts, mes ailes sont trop sensibles et fragiles, car au moindre mouvement violent, je peux en fêler une, et ça fait mal, terriblement mal. Imaginer si on me les casse ; je souffre le martyre. Alors vos "incroyable tu peux voler !" ou encore "porte-moi !" ne sont pas vraiment de mises. Oui, je peux voler, oui je peux porter sur un court instant, par contre je n'aime pas la souffrance, alors oubliez.

Je ne peux pas marcher normalement dans les rues, je sautille plus qu'autre chose, je chancelle un peu, et j'essaie de ne rien laisser paraître. Je hais cette particularité pour cela. Mais elles supportent mon poids, et me permettent de sauter plus haut, d'attraper des choses lourdes pour les envoyer avec violence, ou encore d’agripper une épaule pour ne jamais la laisser s'enfuir...Je pousse, je fais tomber, j'écrase au sol, et si j'avais un bec, je suppose que j'aurais arraché la gorge de ma cible pour la goûter. Bref, je suis un faucon, un oiseau fragile qui se croit puissant.


Et derrière l'écran ;

Prénom/pseudo ; Angie suffit !
Âge ; 19 années, bientôt 20.
T'aimes les patates ? Trop.
Tu préfères le vert ou le bleu ? Le blanc (comment ça je ne réponds pas à la question ?)
Comment t'es arrivé ici ? A dos de poney ayant la turista...De partenariat en partenariat (a).
Le code trop méga secret ; Les koalas c'est trop badass. Les Eucalyptus seront bientôt au pouvoir...
Champ autre qui sert pas à grand chose ô/ ; Elle est où Jeanne ?
C'est votre dernier mot ? Oui Jean-Pierre !




Dernière édition par Angelica le Jeu 11 Juil - 9:47, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar





MessageSujet: Re: [Terminée] If i had a heart || Angelica   Mar 9 Juil - 21:14

Désolée de la qualité, j'espère que la fiche plaira tout de même, et qu'elle sera à votre goût, bref je l'ai fini bande de koalas o/ *dodo time* /out/
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 23/04/2013
Age : 23
Localisation : France




moi j'suis un rebelle m'dame !
MessageSujet: Re: [Terminée] If i had a heart || Angelica   Mer 10 Juil - 14:26

Tout d'abord, bienvenue sur le forum.

Dans l'ensemble ta fiche est bien écrite, l'orthographe est bonne et le style est fluide... mais par contre il y'a pas mal d'incohérences. On a du mal à comprendre l'ensemble de la fiche.

Et puis même si ton personnage est amnésique, il faut que tu expliques comment elle atterrit à Anadran et donc quand et comment a-t-elle lu les livres (puisque sans ça elle ne peut pas venir dans le monde d'Anadran).

Voilà, bon courage pour ces modifications.


» J'écris en #336699.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://k-hitman-reborn.forumactif.com
Invité

avatar





MessageSujet: Re: [Terminée] If i had a heart || Angelica   Mer 10 Juil - 15:29

Bonjour,

Merci de l'accueil ! Je suis désolée des fautes, mais j'ai ajouté quelques éléments que voici, pour que tu n'es pas à chercher dans l'histoire :

Citation :

Un blanc. Des années plus tard, je me reconnais, assise sur ce canapé noir, dans un salon garni d'objets rares. J'ai une bague au doigt, les jambes croisées, la stature impériale. Un livre dans les mains, je semble captivée par son contenu ; Anadran. Je lisais les tomes d'Anadran, je les gobais. 2007, il me semble que je les ai lu cette année là, il faisait chaud et j'attendais, oui, comme toujours j'attendais. Je suis morte dans cette pièce. Une dernière image ; une ombre avec une arme luisante dans la main, brandissant cette dernière derrière moi. Je suis morte poignardée.

Le noir.


__________________


Tu ne te rappelles pas de cet instant, Angelica, n'est-ce pas ? Mais moi, je me souviens. Je me souviens de cette petite pièce lumineuse et de cette borne électronique. Je me souviens de tes longues jambes effleurant le sol pour mieux s'approcher de l'appareil. Il y a deux choix, et tu te sentais si anormale dans l'ancien monde, petite princesse...Et était-ce un rêve ? Allais-tu allée dans Anadran, comme Alizée ? Ton doigt effleura l'écran, un doigt trop glissant ; tu cliquas sur Hybride. Tu es tombée. Encore l'obscurité. Mais je ne peux plus te raconter, pas même ta rencontre avec cet homme, ton bourreau et ton sauveur. Un indice ? Ses cheveux étaient plus brillants que le soleil.

__________________

Voilà, encore désolée la touffe !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 23/04/2013
Age : 23
Localisation : France




moi j'suis un rebelle m'dame !
MessageSujet: Re: [Terminée] If i had a heart || Angelica   Mer 10 Juil - 16:02

Tout me parait bon du côté de l'histoire, par contre au niveau des descriptions j'ai un peu de mal à comprendre. Est-ce que ton personnage est un oiseau ou un humain ? Parce que tout semble un peu confus et quand on lit on a du mal à savoir à quoi on a à faire.


» J'écris en #336699.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://k-hitman-reborn.forumactif.com
Invité

avatar





MessageSujet: Re: [Terminée] If i had a heart || Angelica   Mer 10 Juil - 16:14

La confusion est faite exprès en fait, mais c'est bien une humaine, enfin une hybride oiseau quoi, mais c'est une humaine (enfin si je réponds bien à la question).
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 23/04/2013
Age : 23
Localisation : France




moi j'suis un rebelle m'dame !
MessageSujet: Re: [Terminée] If i had a heart || Angelica   Mer 10 Juil - 18:32

Est-ce que tu penses que tu pourrais éclaircir un peu tes descriptions dans ce cas, pour qu'on comprenne quand est-ce qu'on est en présence d'un oiseau, et quand est-ce qu'on est en présence d'un humain ?


» J'écris en #336699.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://k-hitman-reborn.forumactif.com
Invité

avatar





MessageSujet: Re: [Terminée] If i had a heart || Angelica   Mer 10 Juil - 18:46

Mais justement, elle n'a pas des pieds mais des serres et des ailes sinon elle est humaine, c'est une hybride. Les termes d'oiseau sont pour les métaphores principalement car c'est mon style d'écriture.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 433
Date d'inscription : 22/03/2012
Age : 25




MessageSujet: Re: [Terminée] If i had a heart || Angelica   Mer 10 Juil - 20:02

Bonsoirrrrrrrrrrrrrrrrr ! Re bienvenue o/

Alors, je vais examiner de près ta fiche afin que les points à corriger soient corrigés. :)

  • Tout d'abord, commencons par le physique, sur ce point, pas grand chose, juste une petite question afin d'être sûr d'aoir bien compris : si je suis bien, ton personnage a constamment des ailes dans le dos et des serres aux pieds? Tu confirmes cela dans la description de ton "pouvoir", mais j'ai une autre petite question qui ne concerne pas la fiche... Dans les rp, comment comptes tu faire ? J'ai un peu peur que tu sois bloquée, mais bon, ça après, c'est à toi de voir.

  • Après, un autre point qui concerne l'ensemble de ta fiche : j'ai fais quelques recherches, et les princesses n'existent plus... Même en russie. Désolé... ^^' Si tu as quelque chose qui m'explique le contraire, je suis preneur.

  • Concernant ton travail dans le caractère, j'aimerai bien que tu nous en parles davantage. Parce qu'un poste-chef au gouvernement il n'y en a pas des masses de disponibles et j'aimerai bien savoir ce que ton personnage en pense. :)
    caractère a écrit:
    Je suis intelligente, plus que la moyenne sinon on ne m’aurait pas confié ce poste, n’est-ce pas ?

    Les postes, il faudrait que tu nous explique pourquoi tu as été choisie (ou pourquoi tu as demandé, mais là ce n'est pas ton cas). Seulement parce que tu es intelligente, ça me parraît légér pour ce genre de statut.

  • Maintenant, passons à l'histoire.
    Citation :
    Les silhouettes s’approchent de plus en plus, je peux voir les couteaux et les autres haches entre leurs mains, leurs yeux emplis d’une fureur intense.

    La femme rousse est donc poursuivie/exectuée à la mort ? Nous sommes dans un univers récent, les barbares comme ça, ça n'existe plus... Et dans ce cas, pourquoi as tu été épargnée si elle était poursuivie ? Je dois avouer que ce passage est trop flou pour une bonne compréhension.

  • Après, entre ces deux paragraphes :
    Citation :
    Les silhouettes s’approchent de plus en plus, je peux voir les couteaux et les autres haches entre leurs mains, leurs yeux emplis d’une fureur intense. Pourquoi nous veulent-ils du mal ? Cela n’a plus d’importance, pour une enfant, plus aucune. Tout ce qui compte, c’est d’obéir à son Dieu, à sa Déesse lui ayant donné la vie, cet être parfait pour ses yeux candides. Alors, je me retourne, et je cours, sans plus tarder, sanglotant, gémissant, essouffler par la neige, par la brume, par la nuit glaciale, toujours et encore glaciale…

    Un blanc. Des années plus tard, je me reconnais, assise sur ce canapé noir, dans un salon garni d'objets rares. J'ai une bague au doigt, les jambes croisées, la stature impériale. Un livre dans les mains, je semble captivée par son contenu ; Anadran. Je lisais les tomes d'Anadran, je les gobais. 2007, il me semble que je les ai lu cette année là, il faisait chaud et j'attendais, oui, comme toujours j'attendais. Je suis morte dans cette pièce. Une dernière image ; une ombre avec une arme luisante dans la main, brandissant cette dernière derrière moi. Je suis morte poignardée.

    Le noir.
    A part dans le second paragraphe, nous n'avons aucune indication temporelle (même si on peut supposer qu'au début tu devais être assez petite), et on ne sait donc pas combien de temps s'est écoulé, et ce qui s'est passé entre cet élipse. Il faudrait éclaicir ce mystère.

  • Tu dis que tu as été poignardée, mais pourquoi ? Je sais que ce passage est écris d'un point de vue interne, je sais que ta classe sociale (d'ailleurs qui n'est plus plausible) peux  peut-être en envier, mais là, c'est un meutre pur et dur sans raison bien précise...

  • Maintenant, parlons du passage. Donc au début tout est normal, mais tu est enfermée ? Pourquoi ? Certes ton personnage ne le sait pas, mais il faudrai élucider ce point, encore un fois. De plus, dans Anadran, des bourreaux comme ça, ça ne court pas les rues, et les arrivants sont tous recensés. Tu serais forcément recherchée si tu disparais comme cela. Après, combien de temps est-tu restée là ?


  • Citation :
    Je suis dans une école, j’apprends à contrôler mon hybridité, mais je savais déjà la manier, il me l’avait appris.
    Tu dis savoir la manier, mais tu n'es pas capable de te changer totalement en humaine (par exemple) ?

  • Ensuite, encore une fois, j'aimerai que tu parles davantage de l'entrée de ton personnage au gouvernement, puis à la tête de la S2.


Voilà voilà. Je sais que ça fait beaucoup, mais tu as un style particulier — que j'aime bien —  mais c'est une présentation et il faut avant tout présenter.  Bon courage pour les modifications, si tu as des questions, n'hésites pas!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anadran.forumgratuit.org

avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 23




je cherche pas les noises
MessageSujet: Re: [Terminée] If i had a heart || Angelica   Mer 10 Juil - 20:12

Mais, mais, Xerces, laisse la jeune fille respirer, elle a tellement la classe! *q*
Ahah je plaisante hein. >w< Il faut quand même être en règle! èwé
En tout cas je te souhaite la bienvenue sur le forum!
J'ai hâte que ta fiche soit validée pour que tu commences à jouer avec nous! ^w^


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar





MessageSujet: Re: [Terminée] If i had a heart || Angelica   Mer 10 Juil - 21:43

Bonsoir et merci à tous ! Déjà Maria, parce que les dames d'abord (wesh) et elle passe devant Dieu ! (comment ça je calcule mal mon coup ?) Bon déjà, je veux remercier Xerces aussi, car il a eu la gentillesse et la patience de m'écouter et surtout de me conseiller ! Enfin, Maria, merci pour l'accueil ça fait chaud au cœur et ça me donne d'autant plus envie de faire ces modifications èé ! Merci à W pour tes remarques, auxquelles je vais répondre et aussi de ton attention envers mes questions via mp ^^ ! Breeef, je commence :

=> Pour le physique, je savais bien que cela serait un désavantage et que je serais bloquée, mais c'était le but, j'aimerai faire un personnage atypique physiquement parlant et qui ne soit pas d'une beauté éblouissante, mais plutôt dans la difficulté. Je trouve cela plus amusant à jouer, et je trouve mon inspiration dans ce genre de personnages (comment ça je suis maso' ?!) Bref, si cela ne te gêne pas je préfère garder cette caractéristique importante pour mon personnage =)

=> Alors, pour ce point, je me suis dit aussi que les royaumes avec princesses tout ça ça n'existait plus à notre époque, évidemment ! Mais il existe encore des descendants de descendants, pourtant ils ne sont pas considérés comme tels et ça n'a pas d'importance, on s'en fout en fait x). Pour la Maman d'Angelica, elle descend de la famille des tsars, enfin j'ai imaginé ça, mais elle n'est pas riche, elle n'a pas de privilèges et c'est à peine la vérité, c'est une lointaine parenté. Mais la mère d'Angelica s'accroche à cette idée, vivant dans la pauvreté, elle se focalise dessus au point d'influencer sa fille. En clair, c'était cela mon idée, si tu es preneur bien sûr ^^

=> Pour ce point, elle dit par simple intelligence et par travail car elle a une haute opinion d'elle-même, mais je vais approfondir ce point. Je ne l'avais pas trop fait car je n'en sais pas tellement sur le fonctionnement du Gouvernement d'Anadran, et je ne voulais pas dire de bêtise. Mais s'il est pareil que le nôtre je peux tenter quelque chose et je le retranscrirais dans un autre message en "quote" pour que tu n'aies pas à chercher dans la fiche ^^

=> J'aurais dû mettre que le premier épisode de mon histoire se passait au fin fond de la russie. En fait, déjà que dans le cantal (expérience personnelle oui oui) dans la forêt vers 23h j'ai croisé trois gars, un avait un fusil et les deux autres deux haches (non ils ne chassaient pas de l'humain mais des sangliers...Non ils ne m'ont pas attaqué oh ! /out/). Donc je me suis dit...Si dans le centre de la France y a ça (oui ça choque la pauvre Parisienne freluquette que je suis oui !), alors dans le fin fond de la Russie bien froide...Mais si cela te gêne, je peux remplacer par des fusils ou ce genre de choses. Mais je vais expliquer ensuite, à la seconde personne du singulier, dans l'histoire, les moments que tu veux que je rajoute ^^ Ici, la femme est plutôt pauvre, elle est endettée et ne fréquente pas de bonnes personnes, ces dernières voient qu'elle se fout de leur gueule et va avertir la police de leur combine donc ils veulent la faire taire avant que ça n'arrive, et Angelica s'enfuit car qui croirait une enfant des rues sur le meurtre de sa mère ? Pour les ellipses, je mettrais aussi à la seconde personne du singulier : le narrateur sait, raconte au lecteur, mais Angelica ne sait pas, j'utilise cette méthode en général, je ne pensais pas l'utiliser ici, mais elle semble utile pourtant ^^

=> Je voulais en fait donner un effet de perdition dans l'histoire pour montrer qu'elle ne sait presque rien d'elle, et je voulais donner plus d'éléments au fur et à mesure que j'écrirais des rps. Cependant, si tu préfères que je donne plus de précisions, je le ferais avec la seconde personne du singulier aux moments qu'il faut ^^

=> Je ne pensais pas mettre à ce personnage le titre de "bourreau", en fait, et justement on la recherche car elle manque à l'appel. Et ce personnage est juste possessif, elle l'a déjà rencontré avant, mais elle ne s'en souvient pas. Je voulais garder ces éléments pour des rps futurs en fait. Il la connaissait avant sa mort, il l'a vu galérer et a souhaité la protéger mais je voulais vraiment garder ça pour plus tard en fait. L'effet de black out, de perte de mémoire est justement pour inciter Angelica à se poser des questions.

=> La transformation est partielle, car Angelica fait un blocage ; elle n'arrive pas à prendre forme humaine car elle ne le veut pas. Mais c'est inconscient, c'est lié à sa perte de mémoire.

=> Je parlerai de son entrée au gouvernement à la seconde personne du singulier oui, et aussi en tant que chef de la S2, je vais réfléchir à cela plus amplement. Désolée ^^'

Bref, je dirais quand les modifications seront faites, et si mes explications te vont ou non, dis-le moi. Je le répète, cet effet de peu d'informations est voulu, certes pour le personnage mais aussi pour moi, car ça me laisse plus d'inspiration pour le personnage en question. Je peux le mener où je veux, je peux créer des liens avec des membres du forum car ils se seraient vus dans le passé, etc...Le fait de ne pas savoir, autant que mon personnage, me permet d'écrire. Donc oui, ça m'embête de devoir donner autant de précisions car j'ai peur que ça me bloque et que ça devienne trop rationnel. Mais après, je dois aussi me sortir les doigts du cul hein, et me faire au moule. Pourtant, si tu permets que je puisse en quelque sorte me "cacher" certaines informations, ça m'aiderait assez ^^' Je fais sainte-ni-touche dis comme ça, j'en suis confuse, mais je fonctionne ainsi, j'ai besoin de ne pas savoir pour pouvoir construire petit à petit l'histoire de mon personnage. Cependant, des points comme son entrée en tant que chef de la S2 sont évidemment importants ! Bref, merci d'avoir lu et encore désolée des soucis apportés ><

EDIT : J'ai mis l'âge exact à chaque chapitre, et les petits paragraphes en italique sont là pour répondre à un certain nombre de tes demandes, ils sont plutôt voyant ^^ J'ai aussi rajouté un paragraphe au mental que voici :

Citation :
Chef de la S2, ce que ça m'apporte ? Je devrais être fière de mon poste, mais je ressens surtout une constante angoisse : suis-je à la hauteur ? Chacun de mes actes agit sur le système que j'influence. J'ai en charge un nombre d'hommes qui peuvent risquer leurs vies. Je n'ai pas le droit à l'erreur, le gouvernement observe, et parfois j'ai même l'impression qu'il attend que je trébuche pour mieux me pousser dans le précipice...Mais ce job m'est important, il me fascine par sa complexité et sa difficulté. Il faut être au courant de tout, être à chaque endroit à la fois, ne pas paniquer et toujours avoir un coup d'avance sur les évènements à venir. C'est un jeu, et même si je ne peux cligner des paupières, j'aime l'idée de perdre mes yeux pour ne pas perdre. Je suis stratège dans l'âme, et j'ai fait mes preuves en tant que membre de la S2, du moins je le suppose. Je sais me battre physiquement, je fais toujours mon travail et jamais de coups fourrés...Tout du moins on ne les a jamais remarqué. Le gouvernement m'a élu, grâce à la lettre de recommandation de l'ancien chef de S2 je suppose, mais aussi pour ma fiabilité. Je reçois un ordre d'en haut ; je l'exécute. Mais je sais aussi prendre des initiatives sur le moment ; si un criminel s'enfuit, je ne vais pas attendre l'accord du gouvernement pour le poursuivre, ça va de soi...De même pour les évènements, lorsque quelque chose ne se passe pas comme prévu. Chef de la S2 est un poste influent, avec des responsabilités, et je ferais en sorte de ne jamais être en compétition avec de potentiels meilleurs patrons de cette section...Mon objectif est de toujours réussir ce que j'entreprends et de me consacrer entièrement à ce travail. Pro-gouvernement ? Je l'ai dit, et je le redis ; je n'ai pas d'opinion politique, je n'en veux pas. Je vis ma vie, c'est déjà amplement difficile à faire. Rebelle ou gouverneur...Si l'ordre est d'attraper l'un ou l'autre je me poserai peut-être des questions mais je pointerai toujours mon arme sur sa tempe et je n'hésiterais pas à tirer. Fiabilité. Certitude. Stratégie. Respect. Entente.

EDIT 2 : J'ai fait les modifications voulues, enfin la majorité je pense.

W a écrit:

  • Tout d'abord, commencons par le physique, sur ce point, pas grand chose, juste une petite question afin d'être sûr d'aoir bien compris : si je suis bien, ton personnage a constamment des ailes dans le dos et des serres aux pieds? Tu confirmes cela dans la description de ton "pouvoir", mais j'ai une autre petite question qui ne concerne pas la fiche... Dans les rp, comment comptes tu faire ? J'ai un peu peur que tu sois bloquée, mais bon, ça après, c'est à toi de voir. Fait (?)

  • Après, un autre point qui concerne l'ensemble de ta fiche : j'ai fais quelques recherches, et les princesses n'existent plus... Même en russie. Désolé... ^^' Si tu as quelque chose qui m'explique le contraire, je suis preneur. En attente de réponse

  • Concernant ton travail dans le caractère, j'aimerai bien que tu nous en parles davantage. Parce qu'un poste-chef au gouvernement il n'y en a pas des masses de disponibles et j'aimerai bien savoir ce que ton personnage en pense. :) Fait

  • Les postes, il faudrait que tu nous explique pourquoi tu as été choisie (ou pourquoi tu as demandé, mais là ce n'est pas ton cas). Seulement parce que tu es intelligente, ça me parraît légér pour ce genre de statut. Fait

  • La femme rousse est donc poursuivie/exectuée à la mort ? Nous sommes dans un univers récent, les barbares comme ça, ça n'existe plus... Et dans ce cas, pourquoi as tu été épargnée si elle était poursuivie ? Je dois avouer que ce passage est trop flou pour une bonne compréhension. Fait

  • Après, entre ces deux paragraphes :
    A part dans le second paragraphe, nous n'avons aucune indication temporelle (même si on peut supposer qu'au début tu devais être assez petite), et on ne sait donc pas combien de temps s'est écoulé, et ce qui s'est passé entre cet élipse. Il faudrait éclaicir ce mystère. Fait

  • Tu dis que tu as été poignardée, mais pourquoi ? Je sais que ce passage est écris d'un point de vue interne, je sais que ta classe sociale (d'ailleurs qui n'est plus plausible) peux peut-être en envier, mais là, c'est un meutre pur et dur sans raison bien précise... Fait

  • Maintenant, parlons du passage. Donc au début tout est normal, mais tu est enfermée ? Pourquoi ? Certes ton personnage ne le sait pas, mais il faudrai élucider ce point, encore un fois. De plus, dans Anadran, des bourreaux comme ça, ça ne court pas les rues, et les arrivants sont tous recensés. Tu serais forcément recherchée si tu disparais comme cela. Après, combien de temps est-tu restée là ? Fait


  • Tu dis savoir la manier, mais tu n'es pas capable de te changer totalement en humaine (par exemple) ? Fait

  • Ensuite, encore une fois, j'aimerai que tu parles davantage de l'entrée de ton personnage au gouvernement, puis à la tête de la S2. Fait
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 23/04/2013
Age : 23
Localisation : France




moi j'suis un rebelle m'dame !
MessageSujet: Re: [Terminée] If i had a heart || Angelica   Dim 14 Juil - 12:33

Voilà, c'est moi qui reprends ta fiche en main puisque W est absent. J'ai donc lu toutes les modifications que tu as apporté et ça m'a l'air bien. Le contexte où la mère croit dur comme fer que sa lignée est importante me semble tout à fait acceptable et logique dans ton histoire, ce qui te permet de conserver la notion de princesse.

Tout semble désormais correct puisque tu souhaites élargir d'avantage les horizons de ton personnage dans tes RPs plutôt que dans la fiche.

Tu es maintenant validée, ce qui veut dire que tu peux...
www — Recenser ton avatar
www — Créer une relationship
www —  Demander un logement
www —  Cherche un poto pour rp
www —  Participer à l'intrigue !


» J'écris en #336699.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://k-hitman-reborn.forumactif.com
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: [Terminée] If i had a heart || Angelica   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminée] If i had a heart || Angelica

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANADRAN :: Fiches oubliées/archivées-



les autres partenaires